Bijoux à la cheville

Forum d'échanges et de partages UNIQUEMENT consacré à la fabrication de bijoux faits entièrement à la main sans aucun moulage. Les apprentis, les artisans et les amoureux sont les bienvenues. Vous y inscrire vous obligera au respect de cet objectif.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
.............................................................................Ce coronavirus et les décisions prises par la majorité de nos gouvernements nous imposent quantité de contraintes désagréables. Heureusement nous avons, pour la majorité, accès à internet nous permettant des échanges et des partages qui participent à rendre cette période moins difficile. Vous aimez la bijouterie-joaillerie ? Vous voulez en connaître plus ? Vous avez des questions sur les techniques classiques qui nous rendent libres et heureux ?...Alors rejoignez-nous sans tarder. Magnifique journée à toutes et à tous. ( un peu long je sais.....) ............
Le deal à ne pas rater :
Nike : 25% de réduction supplémentaire sur les articles soldés
Voir le deal

 

 Éthique !!!!

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin

Messages : 31904
Date d'inscription : 05/08/2009
Age : 66
Localisation : Québec Canada Voie Lactée Laniakea

Éthique !!!! Empty
MessageSujet: Éthique !!!!   Éthique !!!! EmptySam 1 Juin - 19:06

Bonjour à toutes et àa tous,

Un entretien donné par Vincent Pardieu sur sa page Facebook.

Extrêment intéressant, surtout en ce qui concerne l'éthique sur les pierres en général.

Lien de sa page facebook:

https://www.facebook.com/vincent.pardieu

Lien à propose de cet article ( À traduire via google ):

https://www.asialounges.com/blogs/a-gem-dealers-journal/interview-with-the-most-famous-field-gemologist-to-have-roamed-the-earth-vincent-pardieu?fbclid=IwAR0LBykTFJKbSVyI5vjy1Ejz9yWDf_9LcbZD0rbGDqYDiL4HRXCTszMFy_4

Traduction du texte en question:

Entretien avec le plus célèbre gemmologue de terrain à avoir parcouru la Terre: Vincent Pardieu
30 mai 2019 • Un journal des concessionnaires Gem • AIGS • Asie salons • Blog • birmanie • colombie • couleur • type de couleur • DANAT • afrique de l' est • grenat • bijou • laboratoire de gemmologie • pierres précieuses • gemstome • pierres précieuses • GIA • entretien • Lapidaire • gemmologie lotus • Madagascar • mahenge • merelani • Mozambique • Gems naturelles • l' un des types • origine • rugueux • rubis • Simon Dussart • spinelle • FCCA • Tajikistan • tanzanie • traitement • Tsavorite • Tucson • vietnam • Vincent Pardieu

Hé les chaises longues,

Nous recevons aujourd'hui Vincent Pardieu, l'un des plus célèbres, sinon le plus célèbre gemmologue de terrain en activité. Vince a travaillé pour AIGS, puis Gübelin et s'est fait connaître grâce à son mandat au GIA en créant le département de gemmologie de terrain du chapitre de Bangkok de la célèbre organisation.

Aujourd'hui, tout en fournissant des services indépendants chez «VP Consulting SPC», il est affilié à DANAT , le laboratoire basé à Bahreïn, où il construit une collection de référence. Cet effort lui permet, ainsi qu'à ses équipes de caméramans et de photographes, de parcourir le monde et d'aller de mine en mine et d'approfondir les connaissances gémologiques à travers le monde.

Aujourd'hui, nous allons nous intéresser à la gemmologie sur le terrain, mais aussi à ses réflexions sur le commerce, les tendances et bien sûr sur ses gemmes préférées.

Sans plus tarder, nous vous donnons Vincent Pardieu!

 

Vincent Pardieu se prépare

Voici une photo de Vincent Pardieu avec son polo "Expect the Unviews" dans Ulu. Photo: V. Pardieu



AsiaLounges : Bonjour Vincent Pardieu, merci d'avoir accepté notre invitation aujourd'hui. Pouvez-vous nous en dire plus sur vous? Qui es-tu Vincent Pardieu?

Vincent Pardieu : LOL, je suis un être humain curieux… Né dans le sud-ouest de la France. Je suis un gars avec de nombreux intérêts tels que la nature, les gens et les voyages. C’est pour cette raison qu’un jour, j’ai découvert une passion pour les pierres précieuses, car la gemmologie est un domaine de connaissances qui touche tant de domaines des sciences, de l’art, de l’histoire, de la géographie, des langues, du commerce, etc. Grâce à cela, je ne me suis jamais ennuyé.



AsiaLounges : Pouvez-vous nous en dire plus sur la gemmologie de terrain? De quoi s'agit-il exactement, qu'est-ce que cela implique et qu'est-ce qui vous y a amené?

Vincent Pardieu :La gemmologie de terrain est la pratique de la gemmologie en dehors du laboratoire, sur le terrain. De nombreux gemmologues vont sur le terrain pour acheter des gemmes. Mais je les considérerais davantage comme une sorte de négociant ou de commerçant. D'autre part, les gemmologues de laboratoire ne sont pas censés participer à la négociation, ils sont soit des gémologues de "laboratoire", soit des "gemmologues de terrain", selon leur lieu d'activité. De mon côté, la gemmologie de terrain consiste principalement à aller sur le terrain pour collecter des échantillons de référence pour les laboratoires de gemmologie disposés à constituer une collection de référence et à mener des travaux de recherche. Cela signifie qu'à la fin, il devrait y avoir des publications plutôt que des ventes de pierres précieuses. La raison pour laquelle j'ai commencé à le faire, c’est qu’en 2004, des marchands de pierres précieuses ont tenté de me motiver à publier des articles sur leurs pierres précieuses et j’ai découvert qu’ils mentaient au sujet de l’origine de ces pierres précieuses. En fait, ils essayaient de m'utiliser pour détourner des concurrents potentiels vers un gisement éloigné de l'endroit où ils obtenaient ces pierres. J'ai ensuite été conseillé parGeorges Bosshart et Henry Hanni ont déclaré qu'il serait préférable que je récupère moi-même les pierres sur lesquelles j'allais écrire. Finalement, en 2005, j'ai lancé un site Web appelé fieldgemology.org  (en construction) qui présente mes découvertes et mes voyages.



AsiaLounges : Dans un entretien précédent avec E. Billie Hughes, nous avons discuté de l’importance de la gemmologie et de ses rapports. Quel est l'impact de la gemmologie de terrain sur la vie des gemmologistes de laboratoire et, par ricochet, sur le monde des pierres précieuses et de la joaillerie dans son ensemble?

Vincent Pardieu : Un gemmologiste de laboratoire produit des rapports. Ils comparent les pierres de leurs clients à ce qu'ils ont étudié dans le passé et aux pierres précieuses présentes dans leur collection de référence. Si les soi-disant «pierres de référence» qu'ils ont étudiées n'étaient pas correctement étiquetées si, disons, les «saphirs du Sri Lanka» qu'ils ont étudiés étaient en réalité des pierres provenant de Madagascar, ils rencontreraient probablement de nombreux problèmes.

Construire une collection de référence précise est essentiel car il permet à tout laboratoire ou gemmologue de développer ses connaissances actuelles et futures sur des bases solides. Ce n'est qu'avec cela que les articles qu'il publie pourraient être corrects. Fondamentalement, nous pouvons voir toutes les recherches comme une chaîne. Et cette chaîne sera aussi forte que son maillon le plus faible. Vous avez peut-être les meilleurs instruments, les meilleurs gemmologues de la recherche, mais si vous les alimentez avec les mauvais échantillons, tout leur talent sera gaspillé et leur travail rendu inutile.



Voici Vincent dans l'un de ses premiers voyages au Myanmar

Voici une vieille photo prise lors de la toute première expédition sur le terrain de Vincent. C'était au Myanmar en 2000 et ils se dirigeaient vers le gisement de rubis et de spinelles de Namya. C'est durant cette expédition que Vincent a commencé à s'intéresser aux brillants spinelles «rose vif» qu'il appellera plus tard les spinelles «jedi» ( voir l'article dans G & G ). Photo par quelqu'un de gentil.



AsiaLounges : Tous les échantillons que vous collectez ont-ils la même valeur pour la recherche et la production?

Vincent Pardieu : En fait non, ils ne le sont pas. C'est pourquoi, depuis mes débuts sur le terrain, j'ai développé un système qui documente chaque échantillon avec soin. Bien qu'un échantillon prélevé à Tucson puisse être aussi intéressant qu'un échantillon prélevé sur place, par exemple à la mine de Madagascar, il est clair que la gemmologue chercheuse ne devrait pas avoir le même niveau de confiance pour ces 2 échantillons.

Par conséquent, à chaque échantillon que je collecte, je joins un code indiquant comment cet échantillon a été collecté:

- L'échantillon «type» signifie que le gemmologue de terrain l'a extrait

- "Type B" signifie que le gemmologue de terrain a assisté à l'extraction de cet échantillon.

- «Type C» signifie que le gemmologue de terrain a prélevé l'échantillon sur place, à la mine, mais sans avoir été témoin de l'extraction de l'échantillon. Par exemple, cela aurait pu être dans la poche d'un mineur…

- Un échantillon de type «D» a été prélevé chez le mineur mais pas à la mine.

- L'échantillon de type «E» n'a pas été collecté auprès du mineur, mais dans la région où il a été extrait d'un marchand ou de quiconque à part le mineur (ainsi, à cet égard, toutes les pierres à facettes coupées à l'aide d'un cutter, ne peut pas être de rang supérieur à «type E»).  

- L'échantillon «F Type» a été collecté auprès d'une source secondaire sur un marché international, comme un salon international de gemmes.

En fait, mon travail en tant que gemmologue de terrain consiste à me rendre dans les pays producteurs de gemmes pour obtenir des échantillons de type A à E.



Collecte d'échantillons de rubis près de Montepuez au Mozambique

Collecte d'échantillons de rubis à Maninge Nice, près de Montepuez au Mozambique. Utiliser un GPS (même très ancien…) est le meilleur moyen de se rappeler quand et où les échantillons ont été recueillis. Photo: V. Pardieu  © GIA



AsiaLounges : Vous avez parcouru le monde à la recherche de mines de rubis, de saphirs et de spinelles. Était-ce par choix personnel, obligation professionnelle ou un peu des deux peut-être?

Vincent Pardieu : Il faut d’abord comprendre que le travail d’un chercheur en gemmologie est de traiter les problèmes de nos collègues en production. Alors est-ce un choix personnel? Une obligation professionnelle? C'est un peu des deux vraiment. Disons que je me suis volontiers engagé à faire cela car c'est exactement ce que j'aime   faire! C'est du bon sens et j'adore ça.



AsiaLounges : Comment planifier un voyage de gemmologie de terrain?

Vincent Pardieu : Je vais commencer par dire que, pour moi, il y a une grande différence entre une expédition sur le terrain et le tourisme gémologique. Je comprends la gemmologie de terrain comme faisant partie de la recherche et la recherche commence là où se termine la connaissance actuellement disponible. Cela signifie qu'avant de partir en expédition sur le terrain, j'essaie de rassembler et de lire tout ce qui a déjà été publié sur la place et les pierres sur lesquelles j'irai. Ensuite, lorsque cela est fait, il devient très facile de déterminer les différences entre ce qui a déjà été publié   (ce qui est une "recherche bibliographique" à effectuer avant de se rendre sur le terrain) et ce qui est en réalité inconnu. Ce que je considère être ce que je considère être: «une recherche sur le terrain».



AsiaLounges : Vous planifiez déjà le prochain? Si oui, pouvez-vous nous laisser dans le secret des dieux?

Vincent Pardieu : Oui, bien sûr, j'ai toujours des projets, mais avec la gemmologie de terrain, il faut toujours s'attendre à l'inattendu. Il y a tout d'abord ce que j'appelle «travail inachevé», à savoir les endroits que j'ai essayé de visiter et que je n'ai pas encore pu visiter. Je n'aime pas les «tâches inachevées» et j'essaie tout le temps de trouver un moyen d'ajouter des taches sur ma carte.

En ce qui concerne le prochain, il pourrait s’agir du Brésil… Quant à DANAT, le laboratoire sur lequel j’aide actuellement à constituer une collection de référence fiable, la priorité est donnée aux émeraudes et j’ai déjà rendu visite à la plupart des autres grands producteurs d’émeraudes. Mais encore une fois: je dois m'attendre à l'inattendu.



AsiaLounges : Votre équipe de voyage sur le terrain est-elle «ouverte»?

Vincent Pardieu : Oui et non. Le fait est que je n'aime pas voyager en solo. Il y a plusieurs raisons à cela. Le premier est la sécurité: évidemment, si quelque chose vous arrive, il est bon de pouvoir compter sur quelqu'un de confiance pour vous aider., Le second est que voyager avec des gens est un excellent moyen de créer des souvenirs et des amis. Troisièmement, c’est aussi un moyen formidable d’apprendre auprès de personnes plus informées que moi. J'ouvre donc mes expéditions à des personnes qui peuvent me convaincre qu'elles seront utiles pour éviter les fauteurs de troubles.



AsiaLounges : Comment recrutez-vous vos coéquipiers?

Vincent Pardieu : Une des règles que je n'oublie jamais, c'est d'aller sur le terrain uniquement avec des personnes que je connais et en qui j'ai confiance. Par conséquent, un peu comme avec une datante, cela commence généralement par un café, un déjeuner ou un dîner. S'il y a un bon sentiment, nous pourrions alors aller sur le terrain pour un week-end ou deux. Alors seulement, si je vois qu'un projet commun a du sens, je considérerai d'inviter cette personne pour une expédition plus longue.



Voici une photo d'un voyage de sélection réalisé par Vincent près de Pailin, au Cambodge

Vincent et un groupe d'amis à la falaise de Cung Truoi, près de An Phu dans la province de Luc Yen au Vietnam. Au cours des 10 dernières années, le Vietnam a été un point de départ régulier pour les personnes souhaitant voyager avec lui. Photo par quelqu'un de gentil.



AsiaLounges : Avez -vous des conseils à donner aux "jeunes" qui voudraient suivre vos traces ou celles de vos "padawans"?

Vincent Pardieu : Soyez motivé. Être curieux. Sois patient. Soyez positif, car je n'aime vraiment pas les plaignants. Être utile à l'équipe. Soyez organisé. Soyez prêt au pire pour profiter du meilleur. Attendez-vous à l'inattendu. Mais si vous voulez vraiment aller sur le terrain et que je ne suis pas disponible, faites-le vous-même. C'est comme ça que j'ai commencé et cette attitude m'a plutôt bien servi jusqu'à présent.

 

AsiaLounges : En parlant des Padawans et des Younglings, vous associez des termes StarWars à des gemmes et à des collègues. (Spinelles Jedi, Wim “Le Padawan” Vertriest, etc.) Pouvons-nous espérer des conditions plus amusantes de votre part? Des préparatifs pour le moment? D'où vient-il?

Vincent Pardieu : J'ai appris que le meilleur moyen de garder la pièce dans une équipe est de rester neutre sur des sujets tels que la politique et la religion. Par conséquent, lorsque je veux aborder le sujet de l'éthique, j'utilise des termes liés à Star Wars, car ils sont universels et relativement neutres.

En ce qui concerne le terme "Jedi", il est venu quand j'étais acheteur de spinelle pour Henry Ho. À l’origine, c’était un code que nous utilisions pour garder notre conversation privée tout en discutant d’une pierre en particulier. J'ai discuté de cela dans un article publié dans Gem & Gemology .

Finalement, d'autres termes ont été inventés de la même manière. Par exemple, un terme comme «Windex» pour les spinelles bleu cobalt. Celui-ci venait de mes deux padawans: Jean Baptiste Senoble et Lou Pierre Bryl . Au début de 2009, nous essayions de trouver d'où venait le spinelle très saturé du Vietnam. La communication sur la couleur avec les Vietnamiens (qui ne parlaient pas beaucoup l'anglais à l'époque) s'est avérée difficile. Nous avons eu beaucoup de difficulté à leur faire comprendre quelle couleur nous recherchions jusqu'à ce que Jean Baptiste trouve une bouteille de liquide de nettoyage pour vitres «Windex» dans un magasin à proximité. À partir de ce moment, tout est devenu limpide, car nous avions tous une excellente référence de couleurs que tout le monde pouvait comprendre.

Jusqu'à aujourd'hui, si le sujet des spinelles d'un bleu vif brillant venait à la table, nous utilisons toujours cette   référence de couleur «Windex» parmi nous. Cela dit, contrairement à l’histoire du «jedi», je n’ai pas encore transformé cette histoire en article.



Vincent en Afghanistan  

Vincent et son caméraman Didier aux mines d'émeraude près du village de Khenj, dans la vallée de Panjshir en Afghanistan: " Voyager avec un bon ami n'est pas seulement utile pour documenter une expédition avec des photos et des vidéos, mais c'est aussi un moyen de rester en sécurité. " Photo : Ramin Habibi / DANAT.



AsiaLounges: Je crois savoir que vous êtes sur le point de commencer vos certifications de maître de plongée afin de faire de la chasse aux perles une réalité pour DANAT. Pouvez-vous nous parler de votre implication récente dans le monde des perles?

Vincent Pardieu : C'est en fait quelque chose qui vient de mon temps chez Gubelin Gem Lab quand, avec Christian Dunaigre, nous avons visité une exploitation agricole de perle de la mer du Sud au Myanmar avec l'aide de Kham Vannaxay, de Sofragem à Bangkok. C'était en décembre 2007 et au cours de cette expédition, j'ai eu ma toute première expérience de plongée avec des équipements de type «casque» laissés par les cultivateurs de perles japonais à la fin des années 50. La ferme perlière était située dans l'archipel des Mergui et ce fut une expérience merveilleuse.

Puis, encore une fois, mes padawans, Jean Baptiste Senoble et Lou Pierre Bryl, ont volé une de mes expéditions sur le terrain au Vietnam et m'ont convaincue de les accompagner dans une chasse aux perles Melo de Hanoi à l'île de Cat Ba et à la baie d'Ha Long. une expérience formidable.

Depuis lors, j'ai développé une relation amoureuse avec les perles et, quand Danat m'a demandé d'envisager une expédition de plongée sous-marine, j'ai décidé de m'y préparer et j'ai pris des cours de plongée avec des amis à Madagascar l'année dernière.

Depuis que DANAT m’a demandé d’envisager cette année de participer à une expédition de plongée sous-marine Pearl, je prends cette qualification plus au sérieux et ferai de mon mieux pour me qualifier pour ce défi. C'est pourquoi le programme «Dive Master» devrait me tenir occupé pendant les deux prochains mois.



Vincent et Jean Baptiste à Luc Yen, Vietnam

Vincent et Jean Baptiste Senoble à Luc Yen, Vietnam en 2005: " Voyager avec de bons amis est ma façon préférée de voyager. Il s'agit de créer des souvenirs ensemble et d'apprendre les uns des autres. Mon conseil aux gens: Voyagez avec des personnes que vous connaissez et appréciez déjà ... "



AsiaLounges : Comme vous le savez, nous sommes de grands fans de la famille des grenats, pouvez-vous nous dire pourquoi la plupart des laboratoires, sinon tous, les méprisent un peu lorsqu'il est question de recherche sur la détermination de l'origine, les traitements, etc.

Vincent Pardieu : C'est simple: il n'y a pas de grande demande du commerce concernant la détermination de l'origine du grenat. Contrairement à la situation des œufs de poule, la demande crée de la recherche et non l'inverse.

Partir dans un autre monde: Vincent commence une formation de plongée afin de potentiellement lancer un programme de gemmologie sur le terrain de perles avec DANAT.  Photo: Tim McCabe.

Partir dans un autre monde: Vincent commence une formation de plongée afin de potentiellement lancer un programme de gemmologie sur le terrain de perles avec DANAT. Photo: Tim McCabe.

AsiaLounges : Le mot qui est dans la bouche de tous ces jours est la traçabilité et l'exploitation minière éthique. J'aimerais entendre vos pensées à ce sujet?

Vincent Pardieu : Eh bien, à mon avis, c'est principalement une question de choix personnel. Mais en effet, de nos jours, certains militants sont occupés à essayer de faire honte à d’autres personnes au sujet de «l’éthique». Bien que je comprenne la traçabilité (il s’agit de faits), je suis un peu en désaccord avec la partie éthique. Je veux dire, qu'est-ce qui est éthique, sinon subjectif, lié à un cadre religieux ou culturel spécifique qui peut être en opposition les uns avec les autres. Par exemple, les chasseurs peuvent penser que la chasse est une activité conforme à l'éthique, alors que les activistes du droit des animaux seraient probablement en désaccord avec cela.

Le problème que je me pose est que, à mon avis, les gemmologues ne sont pas censés décider si un bijou est «bon» ou non, ou si l'exploitation minière est éthique ou non. Ils sont formés pour observer et produire des rapports justes et précis. Les marchands sont différents: ils doivent juger des joyaux pour décider s'ils valent la peine d'être achetés ou non. En tant que gemmologue de laboratoire, je fais de mon mieux pour prendre plaisir à étudier tous les joyaux que je vois. Je ne pense pas à les juger. La même chose s'applique à mes visites de zones de production de gemmes, j'écris des rapports sur ce que je vois mais je ne juge pas les gens ou leurs pratiques. En fin de compte, les gens ont des objectifs différents: les gémologues se concentrent sur leurs compétences en identification afin de produire des rapports justes afin que les concessionnaires puissent juger l'esprit tranquille, sachant parfaitement ce qu'ils voient, il s'agit d'un écosystème.  

En ce qui concerne l’éthique et la traçabilité, j’estime qu’il existe de fortes limitations en ce qui concerne les pierres précieuses, comme je l’ai expliqué lors d’une conférence à l’ACI en 2011 ainsi que dans un article publié dans National Geographic. . Par conséquent, lorsque vous regardez toutes les pierres précieuses disponibles dans un endroit comme Genève ou Paris, j'entends par là des pierres de taille supérieure à 3 carats. , des rubis de Birmanie ou des émeraudes de Colombie) ont été minés il y a plusieurs décennies et, dans la plupart des cas, les mineurs ainsi que les anciens propriétaires sont probablement déjà morts. Alors, quelle est la traçabilité pour eux? Ont-ils besoin d'une liste des propriétaires précédents? À moins que l'ancien propriétaire soit, par exemple, Elizabeth Taylor ou une reine célèbre, cette liste ne serait probablement pas très glamour… C’est probablement pourquoi les maisons d’enchères préfèrent les rapports d’origine. Il offre une romance lorsqu'un personnage historique plus sexy ou célèbre ne figure pas dans la liste des anciens propriétaires.

Beaucoup pensent que les marchands de gemmes m'aiment bien et vont sur le terrain, ils se tromperaient. Les marchands de gemmes sont en réalité, le plus souvent, beaucoup plus proches des antiquaires que d’Indiana Jones.

En fait, si des gens du métier s'intéressaient à l'éthique, à l'éducation, à la santé ou à la conservation, ils n'auraient pas vraiment besoin de se limiter à l'achat de soi-disant «joyaux éthiques». Les gens pourraient utiliser n'importe quel bijou "d'occasion" qu'ils aiment pour promouvoir et financer des idées positives ou des projets auxquels ils croient… Ce serait bien de voir les écoles financées au Cachemire financées par la vente de saphirs du Cachemire extraits il y a plus de 100 ans (même L’exploitation minière n’a pas été réellement réalisée selon ce que l’on appellera aujourd’hui «éthique»).  Je veux dire: les militants subissent une forte pression pour donner une bonne image de l’industrie, mais ils ne doivent pas être laissés à eux-mêmes pour s’acquitter de cette tâche.



AsiaLounges : Que pensez-vous du «test de paternité» de Gubelin gem lab et de ses implications pour le commerce, les mineurs et les acheteurs finaux en général?

Vincent Pardieu : Eh bien, je pense que c'est une technique fascinante. C'est également quelque chose qui ne s'appliquera qu'aux gemmes qui seront extraites à l'avenir, ce qui laisse la plupart des gemmes actuellement dans le commerce sans solution. Par conséquent, je pense qu’en plus de répondre aux besoins en marketing de Gubelin et des sociétés minières qui vont utiliser cette technologie, elle aura en réalité un impact mondial très limité.



AsiaLounges : Je crois comprendre que vous avez récemment eu une joute verbale avec Nat Geo sur l’impact de l’extraction de pierres précieuses sur l’environnement. Quelle est votre opinion sur cela?

Vincent Pardieu : Je pense que vous faites référence à l'article honteux de Paul Tullis sur l'exploitation minière du saphir autour de Bemainty à Madagascar . Je crois simplement que cela ne va pas aider la conservation à répandre des mensonges et d’autres «fausses nouvelles» sur l’extraction de pierres précieuses. Je pense en réalité que le commerce des pierres précieuses et la conservation ont un intérêt commun à travailler ensemble dans ce pays, comme on peut le constater ailleurs. En tant que slogan, j'estime qu'un «joyau de conservation» sonne nettement mieux qu'un «joyau de sang».

L’exemple classique de cette coopération est «Tsavorite», une belle variété de grenat grossulaire, qui a été nommée d'après le parc national de Tsavo au Kenya par Campbell Bridges et Tiffany, où des mineurs de pierres précieuses comme Bridges, travaillant autour de Tsavo, collaboraient avec des rangers du parc contre le braconnage.

Les choses ne sont pas parfaites, même à Tsavo avec Tsavorite. Il pourrait y avoir plus de synergies entre le commerce là-bas et la conservation, mais j'aimerais voir plus d'histoires comme celle entre Tsavo et tsavorite. En fin de compte, la conservation nécessite principalement une exposition et un soutien financier pour réussir et je suis convaincue que le secteur des pierres précieuses pourrait aider davantage sur ces aspects positifs. Le problème auquel sont confrontés de nos jours des personnes positives, tant dans le secteur de la conservation que dans celui des pierres précieuses, est que de nombreux journalistes, appelés soi-disant activistes, préfèrent produire des articles sensationnels et négatifs, car ils se vendent mieux que les positifs.

 

En visite à Campbell Bridges et à son exploitation minière Tsavorite, au Kenya, en 2005. Grâce à cette visite, j'ai pu constater que la gemmologie et la conservation pouvaient se soutenir mutuellement: les gemmes peuvent être utilisées pour promouvoir et soutenir de bonnes idées et des projets tels que la conservation, mais aussi d'autres projets locaux. projets traitant de santé ou d'éducation ... Photo Jean Baptiste Senoble.

En visite à Campbell Bridges et à son exploitation minière Tsavorite au Kenya en 2005.  Grâce à cette visite, Vincent a pu constater que la gemologie et la conservation pouvaient se soutenir mutuellement. projets traitant de santé ou d'éducation ... Photo: Jean Baptiste Senoble.



AsiaLounges : Suite à la question sur l'éthique, on m'a récemment demandé à plusieurs reprises de créer des bijoux avec des pierres précieuses synthétiques. Ils semblent être perçus comme plus éthiques que le vrai. J'ai tendance à être en désaccord car rien n'est créé à partir de rien mais que pensez-vous de cette tendance particulière?

Vincent Pardieu : Pour moi, un joyau est un joyau. Les différences entre les gemmes naturelles et synthétiques sont l’histoire (provenant d’une mine ou d’une usine) et le facteur de rareté (une gemme synthétique peut être produite en série). Je ne vois pas ce que l'éthique avait à voir avec cela. Pourquoi un bijou naturel ou synthétique serait-il plus "éthique" que l'autre? Les deux sont le résultat du travail de certaines personnes: pourquoi le travail d'un mineur ou d'un ouvrier d'usine serait-il plus «éthique» que l'autre? Je ne sais pas. Pour moi, en tant que gemmologue de laboratoire, j'essaie d'éviter de juger des gemmes. À mon avis, ils sont à la fois intéressants et, au final, c’est vraiment une question de goût personnel du consommateur final.



AsiaLounges : Dernier point mais non le moindre, si vous souhaitiez étudier un type de gemme, indépendamment de la valeur marchande / des obligations commerciales, lequel choisiriez-vous et pourquoi?

Vincent Pardieu : En fait, je n'ai pas de joyaux favoris. Je n'ai que des couleurs préférées. J'aime beaucoup les gemmes rouges et bleues, mais j'aime aussi le vert et les autres couleurs. Cela dépend de mon humeur peut être? Cela dit, j'aime aussi les pierres que je peux me permettre, ainsi que les pierres précieuses associées à l'histoire et aux cultures exotiques. Sur cet aspect, à part les rubis, les saphirs et les émeraudes, j'aime beaucoup les spinelles (rouge et bleu), le lapis-lazuli et le tsavorite.

Mais j'aime aussi les perles, des perles nacrées classiques aux perles non nacrées telles que le melo et le conque. En fait, j'aime apprendre et c'est pourquoi je trouve que la gemmologie est si fascinante. Il y a toujours quelque chose de nouveau à apprendre et personne ne pourra jamais tout savoir sur les pierres précieuses.



AsiaLounges : Nous terminerons cette interview par notre conseil traditionnel aux jeunes générations. Que recommanderiez-vous aux jeunes et aux moins jeunes gémologues et amateurs de pierres précieuses qui vous lisent aujourd'hui? Que devraient-ils faire, selon vous, pour mieux comprendre le monde des pierres précieuses?

Vincent Pardieu : Travailler fort. Travailler intelligement. Lire beaucoup. Croyez en vous mais soyez ouvert aux nouvelles idées. Apprenez autant que vous le pouvez et n'abandonnez jamais vos rêves, mais n'ayez pas peur d'être réaliste, le seul moyen d'échouer est de décider d'arrêter d'essayer. Quand tu cherches un premier emploi, ne cherche pas de salaire, cherche ce que tu vas apprendre… C'est ainsi que je suis arrivé là où je suis aujourd'hui. Pendant les 7 premières années de ma carrière, je perdais de l'argent tous les mois, mais j'ai transformé cet argent en expérience professionnelle et en bonne réputation. C'était en fait un meilleur investissement que d'investir dans un diplôme.

 

AsiaLounges : Avec cela, nous sommes arrivés au terme de cet entretien tant attendu. Nous vous remercions, Vincent, pour votre temps parmi nous et espérons que nos lecteurs ont apprécié la lecture de ces lignes autant que nous avons apprécié de les écrire avec vous.

Quant à nous, comme d'habitude, nous nous reverrons dans les salons. Si vous avez des questions sur cette interview, des interviews précédentes ou des sujets dont nous n'avons pas encore parlé, n'hésitez pas à contacter simon@asialounges.com et nous serons heureux de répondre à toutes vos questions.

Si vous souhaitez faire partie de notre série d'entretiens ou si vous souhaitez en savoir plus sur une personne du métier, n'hésitez pas à nous en informer par e-mail et nous nous efforcerons de le réaliser le plus rapidement possible.

Rendez-vous dans les salons,


**********************************************************

Bonne journée à toutes et à tous

Michel Zim ( bourré de travail )
sunny

_________________
Tout ce qui vaut la peine d'être fait, vaut la peine d'être bien fait.
Revenir en haut Aller en bas
http://zimmermann-quebec.com/
danielle 200

danielle 200

Messages : 1628
Date d'inscription : 12/04/2012
Age : 64
Localisation : france

Éthique !!!! Empty
MessageSujet: Re: Éthique !!!!   Éthique !!!! EmptyDim 2 Juin - 5:40

bonjour Michel,est merci pour le sujet
moshe
Revenir en haut Aller en bas
 
Éthique !!!!
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bijoux à la cheville :: MATIÈRES D'OEUVRE :: Diamants et pierres fines etc.......une petite dose de gemmologie-
Sauter vers: