Bijoux à la cheville

Forum d'échanges et de partages UNIQUEMENT consacré à la fabrication de bijoux faits entièrement à la main sans aucun moulage. Les apprentis, les artisans et les amoureux sont les bienvenues. Vous y inscrire vous obligera au respect de cet objectif.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
...........................................Vous aimez les métaux précieux ! Vous aimez les cailloux, pardon, vous aimez les pierres fines et ornementales ! Vous aimez le travail fait entièrement à la main sans aucun moulage ! Alors peut être que la bijouterie-joaillerie est faite pour vous. Inscrivez-vous sans tarder à ce forum des plus généreux dans le métier. Belle et bonne journée.........................................

 

 Souder, visser, chasser, goupiller... les assemblages de l'horlogerie à la bijouterie.

Aller en bas 
AuteurMessage
LionelClement



Messages : 254
Date d'inscription : 30/04/2019
Age : 56
Localisation : Sud ouest

Souder, visser, chasser, goupiller... les assemblages de l'horlogerie à la bijouterie. Empty
MessageSujet: Souder, visser, chasser, goupiller... les assemblages de l'horlogerie à la bijouterie.   Souder, visser, chasser, goupiller... les assemblages de l'horlogerie à la bijouterie. EmptyMer 20 Mai - 18:37

Bonjour

Amateur d’horlogerie ancienne et moderne, et bien-sûr amateur de bijouterie, je m’interroge
sur les différents types de montages qu’on trouve en horlogerie et qui pour certains sont partagés
avec la bijouterie et pour certains pas du tout. Inversement la bijouterie montre certains assemblages
moins présents en horlogerie.
Je vous propose ce petit tour d’horizon qui peut en inspirer certains et rendre curieux les autres.

Si je me suis trompé quelque part, ou si j'ai oublié des trucs, merci de le dire, je m'empresserai de corriger  geek

Je tiens mes sources de ma maigre expérience d’amateur en horlogerie, mais surtout des lectures
des bouquins classiques d’horlogerie.

En horlogerie, on assemble plusieurs matériaux pour constituer une montre ou une horloge.
Indépendamment des éléments d’ornement, des boites et en ne parlant seulement que du
mouvement des montres et des horloges classiques, on trouve:

De l’acier (axes, ressorts, vis, cames, aiguilles, balancier, roue d'échappement)
Du laiton (platines, ponts, piliers, roues)
Du maillechort (platines, ponts)
Du cuivre (cadran, roues)
Du rubis ou saphir (palettes, goupilles d’échappement)
De l’émail (cadran)

Je me limite à ça, on peut voir des montres et des horloges en bois, en ivoire, en pierre, en verre,
en plastique, et même en pâte à papier, mais c’est un autre sujet. Et puis je n’oublie pas que d’autres
matières sont utilisées comme le fer forgé en horlogerie antique, l’or, l’argent, etc. etc.

Pour assembler deux pièces, il y a plein de méthodes différentes, mais l’horlogerie a besoin qu’un
assemblage

a) Soit robuste
b) Soit parfois démontable
c) Soit précis
d) Soit parfois réglable

Soudure

La soudure est exceptionnelle en horlogerie. On la trouve à l’étain pour assembler plusieurs pièces
d’un cadran en cuivre émaillé par exemple ou pour diverses réparations sur les ponts en laiton
ou maillechort.
Un autre exemple est le brasage des pieds d’un cadran en cuivre.
Dans les pendules, les assiettes des roues en laiton sont soudées au zinc et cuivre ou à l’étain sur
l’axe en acier.
De façon très moderne on soude au laser le très fin ressort spiral à ses extrémités, mais voilà c'est
vraiment l'exception.
Bref, la soudure n’est pas le moyen privilégié d’assemblage en horlogerie, mais elle existe.

Un pied de cadran en cuivre brasé sur le cadran.
Le pied a été serti dans un trou du cadran en cuivre, puis soudé à l'argent ou brasé.
Le cadran a ensuite été limé et poli avant de recevoir contre-émail et émail.
Souder, visser, chasser, goupiller... les assemblages de l'horlogerie à la bijouterie. Img_2049


Sertissage

Les pierres des montres sont serties classiquement et chassées de façon récente à l’échelle de l’histoire
de l’horlogerie.
Le principe consiste à créer un très fin filet à proximité du trou où sera logée la pierre en creusant avec
un burin très pointu. On rabat sur la pierre à l’aide d’un outil en fer poli.
Le travail se fait traditionnellement au tour, mais il existe aussi un outil en forme de broche
complexe avec un petit burin excentré qui crée automatiquement des sertissures sans tour.

Le procédé est proche du serti clos, la différence est certainement la très faible épaisseur de la matière
repoussée sur la pierre, et évidemment la façon de créer la sertissure.
Le serti est assez joli et sur les pièces soignées il est poli finement, alors que pour certains, il n’est
visible que de son créateur, puisque réalisé vers l’intérieur du mouvement !


Sertissures sous un pont d'une montre gousset (l'image est moche, je me sers de mon smartphone)
On voit bien la creusure qui a été pratiquée et qui a permis de créer ce filet rabattu sur la pierre.
L'important est que la sertissure laisse bien centrée la pierre et que celle-ci soit bien assise, bien
à plat au fond de son trou.
Souder, visser, chasser, goupiller... les assemblages de l'horlogerie à la bijouterie. Img_2047

Outil à créer des sertissures sans tour (photo trouvée sur Internet)
Souder, visser, chasser, goupiller... les assemblages de l'horlogerie à la bijouterie. Web1_o10


Rivetage

On fait un rivetage entre deux pièces pour un assemblage définitif.
Exemples: piliers des horloges. Le pilier entre dans un trou à serre et de l’autre coté la partie qui
dépasse est martelée avant d’être limée.
 Les roues en cuivre ou en laiton, les balanciers en acier sont
rivés à leur axe directement, ou par l’intermédiaire d’une assiette. La partie rivée est formée sur l’axe,
l’assiette ou le pignon par une très fine sertissure qui dépasse et sera rabattue sur la roue.
Un autre exemple est le rivetage des index métalliques sur les cadrans des montres soignées.
La pièce rivetée peut être un axe fixe sur lequel un mobile vient tourner, comme on le voit du coté
de la cadrature des montres compliquées (sous le cadran).

Un rivetage d'une roue sur un pignon dans une horloge. Les dents du pignon ont été creusées au burin
pour permettre de créer une rivure qui a ensuite été rabattue contre le roue à l'aide d'une broche.
On voit bien les dents du pignon mordre le laiton.
Souder, visser, chasser, goupiller... les assemblages de l'horlogerie à la bijouterie. Img_2050


Vissage

La vis est privilégiée en horlogerie car elle sert à faire des assemblages très précis et solides. La vis
en acier vient bloquer une pièce immobile ou vient présenter une portée laissant libre la pièce qu’elle
emprisonne en mouvement autour de son axe. Le montage n’est pas définitif et permet la réparation
ou l’entretien.
 D’autres fixations par vissage sont définitifs ou permettent des réglages. Par
exemple l’ancre des montres soignées anciennes est vissée à son axe pour permettre un assemblage
acier contre acier difficile à réaliser par chassage et qui permet éventuellement un réglage fin
de sa hauteur et un maintien sans jeu.
Un autre exemple est le tigeron qui tient le ressort moteur sur l’axe du barillet, il est vissé fortement
sur celui-ci. Dans ces derniers cas, le taraud est exactement créé sur la filière, alors que pour les vis
qui doivent pouvoir s’enlever, les tarauds ont un léger jeu par rapport aux filières qui s’y rapportent
pour permettre à la vis de tourner plus librement.

On peut trouver des vissages plus surprenants comme ceux réalisés pour des réparations: la partie
rapportée à la platine ou au pont comme un bouchon ou une partie du pont à remplacer est passé à
la filière et vissée sur un trou taraudé avant limage. Ceci permet un assemblage de fortune sans
soudure et assez discret.


Goupillage

La goupille vient forcer un montage comme le ferait une vis, avec des moyens plus simples, plus
discrets et quand l'ouvrage est trop petit. Là encore les goupilles permettent un démontage des pièces.

Les goupilles sont des tiges en acier légèrement coniques qui entrent dans des trous ronds creusés
dans deux pièces en les maintenant serrées.
C'est l'assemblage tenon-mortaise-cheville des fermes de nos maisons à la mesure de l'horlogerie !  
Par exemple les piliers et les cadrans des horloges et montres anciennes sont couramment tenus
par des goupilles.

Une goupille qui tient une platine de mouvement de Paris (les horloges de nos grand-mères) à son pilier
Souder, visser, chasser, goupiller... les assemblages de l'horlogerie à la bijouterie. Img_2053

Une goupille qui solidarise le ressort spiral au piton (qui sera fixé sur le coq, ou pont du balancier).
On ne le voit pas trop mais une seconde goupille attache le centre du spiral à la virole qui est chassée
sur l'axe du balancier. (photo trouvée sur Internet)
Souder, visser, chasser, goupiller... les assemblages de l'horlogerie à la bijouterie. 8f9fa711


Collage


La colle est rarement utilisée en horlogerie classique. La gomme-laque permet l’assemblage du rubis
sur l’acier, typiquement des palettes des ancres.

À chaud, la gomme-laque donne de très fins fils pour doser minutieusement les quantités, elle permet
aussi un ajustement très précis alors qu’elle est encore chaude et souple.


On voit, sur cette photo trouvée sur Internet, des levées (rubis) généreusement collées
à la gomme-laque sur l'acier trempé de l'ancre.
Souder, visser, chasser, goupiller... les assemblages de l'horlogerie à la bijouterie. Photos10


Chassage

Et oui, très souvent il suffit de chasser un élément dans l’autre pour le faire tenir. Tiens c’est le cas des
aiguilles. Le canon ou le trou de l’aiguille est simplement chassé sur l’axe ou le canon de la roue qui
l’entraîne.
On chasse aussi les rubis des montres modernes en misant simplement sur la précision de l’usinage de
la pierre et du trou. La pierre est juste un centième de millimètre plus large, ce qui permet de forcer
l’assemblage dans le métal ductile et élastique.
 On chasse aussi les piliers des ponts. De forme
légèrement coniques, ils sont chassés à force dans les platines pour un montage définitif.

Un rubis chassé sur un mouvement contemporain:
Souder, visser, chasser, goupiller... les assemblages de l'horlogerie à la bijouterie. Img_2048


Dernière édition par LionelClement le Sam 23 Mai - 8:52, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas
agoineau



Messages : 426
Date d'inscription : 25/06/2011
Age : 83
Localisation : Saint Pierre & Miquelon/ hiver à Lyon

Souder, visser, chasser, goupiller... les assemblages de l'horlogerie à la bijouterie. Empty
MessageSujet: Souder, visser, chasser, goupiller... les assemblages de l'horlogerie à la bijouterie.   Souder, visser, chasser, goupiller... les assemblages de l'horlogerie à la bijouterie. EmptyMer 20 Mai - 21:18

Bonsoir Lionel
J'ai lu avec beaucoup d'intérêt ton post, qui m'a donné les réponses à quelques questions que je me posais, comme la fixation des rubis dans les montres. Merci donc de ces informations
Abel de SPM
Revenir en haut Aller en bas
Nanosaure



Messages : 3265
Date d'inscription : 14/08/2010
Age : 40
Localisation : à côté de lyon

Souder, visser, chasser, goupiller... les assemblages de l'horlogerie à la bijouterie. Empty
MessageSujet: Re: Souder, visser, chasser, goupiller... les assemblages de l'horlogerie à la bijouterie.   Souder, visser, chasser, goupiller... les assemblages de l'horlogerie à la bijouterie. EmptyMer 20 Mai - 22:51

Merci pour ce post, je me posais également la question sur les rubis.

bonne soirée à tous
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Souder, visser, chasser, goupiller... les assemblages de l'horlogerie à la bijouterie. Empty
MessageSujet: Re: Souder, visser, chasser, goupiller... les assemblages de l'horlogerie à la bijouterie.   Souder, visser, chasser, goupiller... les assemblages de l'horlogerie à la bijouterie. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Souder, visser, chasser, goupiller... les assemblages de l'horlogerie à la bijouterie.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bijoux à la cheville :: DIVERS :: Sciences, cosmologie, astronomie...-
Sauter vers: